Quatrième partie : Le système squelettique

[ad_1]

Nos modèles d’oiseaux, Hank et Henrietta, réunis dans cet article sur le système squelettique du poule. Les poules mâles et femelles sont très adaptés au vol. Ce développement évolutif précipite dans certaines caractéristiques très uniques dans leurs os. Dans cet article, nous discuterons de certaines caractéristiques particulières du squelette aviaire, y compris la façon dont Hank et Henrietta diffèrent légèrement pour s’adapter à la production d’œufs. J’espère vous donner une meilleure appréciation de la conception et de la force du squelette de poule que nous considérons trop souvent comme du bouillon de soupe après la fin du dîner de poule rôti du dimanche.

Le système squelettique de tous les vertébrés, y compris nous, fournit un soutien et une protection pour le reste de nos systèmes, organes et tissus. En général, le squelette du poule ressemble beaucoup aux autres mammifères. Les différences importantes entrent en jeu pour répondre au besoin d’un oiseau d’être suffisamment léger pour voler. Même la structure squelettique du poule doit pouvoir résister au choc du décollage et de l’atterrissage.

Les os pneumatiques, plus communément connus sous le nom de crâne, humérus (aile supérieure), clavicule (clavicule), quille (sternum), ceinture pelvienne (os de la hanche) et vertèbres lombaires/sacrées (colonnes vertébrales) sont quelque peu creux. Le préfixe « pneu » implique de contenir de l’air car ces os contribuent à la forte demande respiratoire d’un oiseau volant. Un entrecroisement d’entretoises ou de fermes constitue un cadre solide mais léger sur lequel attacher les muscles du vol. Il est important de noter qu’il est déconseillé de donner à votre chien des os de poule. Les os pneumatiques ont tendance à se briser lorsqu’ils sont comprimés par les fortes mâchoires de Rover et peuvent endommager son système.

Une autre adaptation de vol inhérente au squelette de poule est la fusion de certaines sections vertébrales (colonne vertébrale). La queue est un bon exemple d’ossification ou de croissance de l’os des vertèbres caudales finales. Appelé le pygostyle (pah-oreilles-stahyl), cette structure sera le site d’attache de la musculature des plumes de la queue.

La force est importante ici en raison du stress de la navigation de base des oiseaux, en particulier du ralentissement pour atterrir. Mon père appelait cela « la partie qui passait par-dessus la clôture en dernier », et le muscle/viande de la queue était la partie préférée du poule de ma mère.

Comparé à d’autres animaux, le poule a un crâne nettement plus petit. Une grosse tête rendrait bien sûr le vol très difficile. Le cou qui soutient le crâne est intrinsèquement plus long que celui des autres animaux. Plusieurs avantages sont associés à cette physiologie. Le long cou a tendance à agir comme un amortisseur au stress de l’atterrissage après le vol. Avec un corps strié, nécessaire au vol, un cou plus long offre une flexibilité pour atteindre les aliments situés au sol. Avez-vous déjà regardé un poule marcher avec cette jambe de force? Le cou plus long sert également à ajuster le centre de gravité lors du passage de la position horizontale de vol à une position plus verticale de marche ou de repos.

Je dirais que le sternum (sternum ou quille) est de loin la caractéristique la plus remarquable du squelette aviaire ou de poule. La grande surface du sternum permet la fixation des principaux muscles de vol.

Il peut être utile de savoir que la quille ou la partie postérieure du sternum est cartilagineuse chez les jeunes volailles et s’ossifie en os plus dur chez les oiseaux plus âgés. Je couvrirai le système musculaire du poule dans la prochaine partie de la série « La biologie du poule ».

Il y a sept paires de côtes qui proviennent des vertèbres thoraciques formant la cage thoracique. Toutes sauf les première et deuxième paires s’attachent au sternum d’une manière unique. Encore une fois, l’adaptation pour le vol exige une cage thoracique solide appelée le processus uncinate. Ce processus implique des volets crochus qui recouvrent et relient les côtes adjacentes par un ligament pour éviter l’effondrement de la cavité thoracique (cage thoracique) pendant le vol.

Aucune discussion sur les os du poule ne serait complète sans inclure le triangle recherché. De nombreux furcula (triangles) que je chasserais anxieusement dans la carcasse du poule rôti du dimanche. J’attendrais avec impatience qu’il sèche sur le rebord de la fenêtre en anticipant que mon souhait se réalise si j’obtenais la plus grande moitié de la pause. Structurellement, le furcula (triangle) est la partie de la poitrine formant la ceinture pectorale avec la coracoïde (clavicule) et le sternum précité.

Système squelettique d'un poule

Les os de poule ont des noms similaires et des fonctions similaires à nos os humains. La jambe humaine et la cuisse de poule ont toutes deux un fémur (os de la cuisse), ainsi qu’un péroné et un tibia (os de la jambe inférieure). Les os de l’aile de poule et du bras humain ont une structure très similaire mais des fonctions très différentes. Les humains et les poules ont un humérus (« os amusant »/bras/aile), un radius et un cubitus (bras/aile). L’épaule pour les deux est l’articulation entre l’omoplate et l’humérus. Le coude est l’articulation entre l’humérus et le radius/cubitus. De même, le poignet des humains et des poules est l’articulation entre le radius/cubitus et le métacarpe, ce que nous appelons notre main.

Une dernière caractéristique unique du système squelettique d’Henrietta sont ses os médullaires. Nous avons mentionné précédemment ces os individuels comme universels pour les deux sexes. Cependant, chez la femelle du poule, ce groupe d’os sert plus qu’un simple support. Les os médullaires comprennent le tibia, le fémur, l’os pubien, les côtes, le cubitus, les os des orteils et l’omoplate. La coquille d’œuf est principalement constituée de calcium et les poules absorbent près de la moitié de cette demande de leur propre structure. Les os médullaires fournissent une source de calcium pour aider à une coquille d’œuf solide. Les poules à forte production ne peuvent pas obtenir suffisamment de calcium alimentaire et sont facilement appauvries de cet élément essentiel, provoquant une faiblesse de la structure osseuse. Comme mentionné dans mon article sur la reproduction, le calcium dans un aliment bien préparé et une coquille d’huître au choix est très important pour vos pondeuses.

Dans cet article, nous avons expliqué en quoi le système squelettique du poule est différent de celui des mammifères avec son adaptation au vol. J’ai mentionné que bien que conçu pour le vol, le squelette de poule présente des similitudes avec notre propre squelette humain. Un groupe spécial d’os a été identifié comme important pour la capacité de notre amie Henrietta à produire de nombreux œufs. J’espère que vous pouvez maintenant regarder cette dinde des fêtes ou ce poule rôti du dimanche avec une meilleure conscience de ce qui le tient ensemble et pourquoi. Et rappelez-vous, quand il s’agit de briser le furcula (triangle), ne dites pas ce souhait à haute voix ou il ne se réalisera pas.



[ad_2]

Laisser un commentaire