Profil de race : Arlequins plongeurs gallois

[ad_1]

Temps de lecture: 4 minutes

Élever: Arlequins plongeurs gallois

Origine: Les canards arlequins gallois ont été développés au Pays de Galles, au Royaume-Uni, à partir du Khaki Campbell, lui-même issu d’un canard de Rouen, originaire de France, croisé avec un canard Fawn and White Runner, originaire des îles d’Asie du Sud-Est, dont la progéniture a ensuite été croisée avec un canard colvert.

Histoire: Le capitaine de groupe Leslie Bonnet était un éleveur de canards commercial bien connu spécialisé dans les races utilitaires dans le Hertfordshire, au Royaume-Uni. En 1949, ses Khaki Campbell de race pure donnent naissance à deux canetons de couleur pâle qu’il nomme « Honey Campbell », qu’il sélectionne pour développer une nouvelle lignée. La nouvelle couleur provient de deux gènes récessifs. En déménageant dans une nouvelle ferme près de Criccieth, au Pays de Galles, en 1950, il les rebaptisa canards « Welsh Arlequin ».

Arlequins plongeurs gallois : une race de canard patrimoniale

La couleur d’origine était la variété Gold maintenant répandue au Royaume-Uni. En 1968, une variante de couleur était apparue, bien que Bonnet n’en fasse pas mention, et elle n’est pas reconnue au Royaume-Uni. Cependant, lorsque John Fugate a importé des œufs fertiles de Bonnet au Tennessee, la plupart des nouveau-nés portaient cette nouvelle coloration, nommée « Silver » par Dave Holderread, un éleveur de canards et une autorité sur la façon d’élever des canards dans votre jardin.

Pendant ce temps, au Royaume-Uni, un renard a ravagé le troupeau de Bonnet, détruisant son cheptel reproducteur. Heureusement, Edward Grayson, un éleveur amateur passionné, avait gardé des stocks de la souche originale de Bonnet. Grayson a pu faire revivre la race en croisant avec Khaki Campbells et en stabilisant la couleur. Il établit une norme et crée un club national. Les canards arlequins gallois ont été admis aux normes britanniques en 1997.

Aux États-Unis, en 1981, le stock de Fugate s’était réduit à deux petits troupeaux. Il a importé des oiseaux vivants pour augmenter la diversité génétique et a collaboré avec Holderread pour mettre en place des accouplements et constituer un stock. À cette époque, Holderread a noté que des gènes non-Campbell étaient probablement entrés dans le pool génétique à un moment donné, modifiant la forme du corps. Les éleveurs ont affiné la conformation au standard actuel, tout en reconnaissant les deux variations de couleur. En 1984, ils étaient en mesure de fournir des canetons aux États-Unis. En 2001, la variété Silver a été admise au palmarès de l’American Poultry Association Norme de perfection.

État de conservation: Les canards arlequins gallois sont une race de volaille patrimoniale figurant sur la liste de surveillance de The Livestock Conservancy.

canards-arlequins-gallois
Arlequin gallois argenté.

Arlequins plongeurs gallois : petits mais productifs

Taper: Poids léger.

La description: L’oiseau a une conformation similaire à celle du Campbell, à savoir une forme profilée avec un corps relativement long, un dos de largeur moyenne, une poitrine arrondie, des pattes largement espacées avec un abdomen modérément plein et une tête ovale avec une ligne droite de longueur moyenne. , ou bec légèrement concave. Le cou de longueur moyenne est tenu presque verticalement. Le corps est maintenu à 20–35 degrés de l’horizontale comme il sied à un bon butineur.

Le mâle a un plumage de colvert : une tête sombre avec des reflets verts, un collier blanc et des épaules marron se brisant en un motif givré blanc sur le dos, les ailes et jusqu’à une poitrine blanc crème. La queue est noire et bronze. La femelle a la tête crème tachetée de fauve, dépourvue de rayures oculaires. Son corps, ses ailes et sa queue sont blanc crème avec des marques marron givré et fauve.

Les deux sexes ont les pattes orange lorsqu’ils sont jeunes, mais les femelles deviennent brunes à mesure qu’elles mûrissent. Les femelles adultes ont le bec noir olive, tandis que les drakes sont jaunes/verts. Cependant, à un jour, le bec des poussins femelles est plus pâle que celui des mâles avec une tache sombre à l’extrémité. Cette distinction de couleur autosexée est précise à au moins 75%, mais ne dure que deux à trois jours après l’éclosion.

Variétés: Or et argent. La coloration argent a un contraste et une brillance plus élevés que l’or, qui a des couleurs douces et aucun pigment noir. Le spéculum de l’argent est bleu irisé, plutôt que le bronze de l’or.

Couleur des oeufs: Blanc nacré; certains canards pondent des œufs teintés.

Habitudes de pose: Bonnes pondeuses, produisant 100–350 œufs par an. Les femelles couvent et élèvent leurs propres poussins.

Lester: 4,5 à 5,5 livres (2 à 2,5 kg).

Les canards arlequins gallois font des animaux domestiques dociles

Tempérament: Butineur curieux et actif, mais aussi calme et peu inquiet. Pauvre aviateur. Les mâles ont une libido élevée et les couples se reproduisent facilement. Veillez à ne pas maintenir un ratio élevé de drakes par rapport aux canards car les mâles peuvent endommager les femelles.

Utilisation populaire: Double usage pour les œufs et la viande. Carcasse maigre. Les plumes pâles sur la poitrine permettent une plumaison nette. Ils sont populaires comme animaux de compagnie et canards de basse-cour en raison de leur nature placide. Les mâles issus de lignées de ponte sont utilisés comme pères pour les pondeuses hybrides.

Adaptabilité: Butineuses très adaptables et efficaces. La coloration pâle rend les canards vulnérables à la prédation.

Devis: « Ses partisans prétendent que la race est une meilleure productrice d’œufs que la Khaki Campbell. Si tel est le cas, cela serait dû à la nature docile et placide de la race, qui réduit les risques d’interruption de la ponte par des chocs ou des frayeurs… Un troupeau produit en moyenne plus de 300 œufs par an. Leslie Bonnet dans Garde de canard pratique.

Sources: Normes britanniques pour la volaille, 7e édition. 2018. Eds : J. Ian H. Allonby, ‎Philippe B. Wilson/British Poultry Standards, 6e édition. 2009. Éd. : Victoria Roberts.
Choisir et garder les canards et les oies. 2008. Liz Wright.
Ferme et centre de préservation de la sauvagine Holderread
Guide de Storey pour élever des canards, 2e édition. 2011. Dave Holderlire.

Photo principale © Moose Manor Farms

Publié à l’origine dans le numéro d’avril/mai 2019 de Lafermedefati et régulièrement vérifié pour son exactitude.



[ad_2]

Laisser un commentaire