Le poule Brakel (Braekel)

[ad_1]

Temps de lecture: 4 minutes

Par Stuart Sutton, Royaume-Uni

UNBien qu’elle ne soit pas exceptionnellement rare, la race Brakel (alt. Braekel) a toujours besoin de plus de gardiens et est également une race historique et intéressante. En Flandre, Belgique d’où elle est originaire, la « Poule Brakel » est connue comme la plus ancienne grande race pondeuse qui existe encore aujourd’hui, l’Ardennais étant la plus ancienne race belge de la région wallonne francophone de Belgique.

Selon l’Association pour la promotion des races de volailles belges, le Brakel était déjà connu dans la région d’Audenarde et de Nederbrakel vers 1400. De cette région, le Brakel s’est lentement répandu jusqu’à devenir un site familier dans la plupart des cours de ferme du pays. C’est pourquoi la race était également connue sous le nom de « Farmyard Hen ». Les autres noms de la race étaient « The Everyday Layer », « The Grey White Neck » et « The Nun’s Hen ». Ils étaient admirés par les personnes qui les gardaient car ils pondaient bien et fournissaient un bon oiseau de table; la viande avait un léger goût de gibier.

Le nom « Brakel » est sans aucun doute dérivé du nom des villages Op- et Nederbrakel. Dans le triangle de Ninove, Geraadsbergen et Audenarde, le Brakel a été élevé intensément et les oiseaux ont été vendus sur les marchés locaux. Parce qu’il y avait tellement d’oiseaux élevés, leur apparence variait considérablement. Certains oiseaux avaient un motif en fer à cheval dans les plumes tandis que d’autres avaient une bande droite, ce qui est toujours exigé dans la norme actuelle. En raison de la diversité des apparences de la race, les différentes zones qui les ont élevés leur ont également donné des noms différents. Par exemple : « La Poule dÕHernies » et « Het Hoen van Ronse ».

Poule Brakel
L’art public de Brakel en Belgique.

De plus, dans le village de Chaam, aux Pays-Bas, une autre variété de Brakel – une aux yeux orange – a été découverte. Fait intéressant, M. Vander Snickt, un expert avicole de premier plan de l’époque, a été le premier à dire qu’il considérait le Brakel et la Campine comme étant essentiels au même animal – la Campine devenant plus petite en raison des sables plus arides de l’environnement de La Campine sur lequel ça a vécu.

L’effet du climat et du sol a eu un grand effet sur la croissance de chaque race, le riche sol flamand aidant le Brakel à augmenter sa taille. En effet, en 1884, il fut proposé après concertation de reconnaître deux races distinctes du Campine plus léger et du Brakel plus lourd. La reconnaissance des deux races signifiait la création de deux clubs spéciaux.

Poule Brakel (Brækel)
Poule Brakel (Braekel) mâle
Poule Brakel (Brækel)
Poule Brakel (Braekel) mâle

En 1896, un club de défense du tétras de Campine (Campine) est fondé à Anvers ; en 1898 est venu le premier club spécial pour Braekel Grouse à Neder Braekel. Cela a réduit la rivalité entre leurs partisans respectifs jusqu’après la Première Guerre mondiale, lorsque le vieux débat a repris pour de bon. En 1925, l’Union nationale décida de reconnaître les deux races comme une unité sous le nom de Kempisch (Campine) – Brakel. Mais la Seconde Guerre mondiale, puis l’importation de poules hybrides américains ont presque porté le coup de grâce à cette belle race flamande, car de nombreux reproducteurs de valeur ont été abattus et le nombre de purs Brakel restants en Belgique pouvait donc être compté sur une main.

En 1969, la situation était devenue si grave qu’un appel urgent à rassembler tous les Brakel restants pour tenter de sauver la race fut publié dans la presse nationale, mais ce fut malheureusement un échec total. En 1971, le deuxième club de Brakel a été fondé et des efforts plus exceptionnels ont été faits pour rassembler tous les Brakel existants. Seul un petit nombre a été trouvé : deux poules Silver Brakel, un coq Silver d’Allemagne et 12 œufs, ainsi que le dernier coq doré restant. De ces quelques oiseaux, le Brakel a été relancé aux chiffres que nous voyons aujourd’hui – tout un exploit.

Les caractéristiques du Brakel sont qu’il s’agit d’une race assez calme, fière et majestueuse qui s’adapte très bien aux aléas du climat belge. Ils sont faciles à manipuler et à entretenir et fourniront régulièrement de gros œufs frais. Le nombre d’œufs par an est d’environ 200. Les coquilles sont blanches et les œufs pèsent environ 65 grammes. Ils sont très rarement couveurs. Ils sont capables de voler dans des circonstances extrêmes et sont mieux gardés dans de grands enclos.

Le corps est de forme rectangulaire avec une poitrine profonde et un abdomen bien développé. La queue est entrouverte chez les deux sexes. Un coq adulte pèse environ 5,5 livres et une poule adulte environ 5,5 livres. Les brakels sont des oiseaux relativement fortement pigmentés. Les yeux doivent toujours être aussi noirs que possible chez les deux sexes et la poule présente souvent des taches sombres à la base de sa crête, ce qui est une caractéristique de la race. Le peigne est unique, grand et doit tomber d’un côté chez les poules. Chez les coqs, il doit être droit. Les lobes des oreilles sont blancs mais présentent souvent un éclat bleuté et sont en forme d’amande. Les jarrets sont toujours bleu ardoise. Le mâle a une gamme assez impressionnante de plumes de la queue, les faucilles étant bien développées et bien arquées.

Le barrage typique du Brakel est unique et les variétés barrées sont de loin les variétés les plus populaires. Surtout la variété argentée est assez courante. Les autres variétés reconnues sont l’or, le citron, l’or barré de blanc, le blanc barré, le blanc, le noir et le bleu. Récemment, des Brakels citron à barres blanches ont également été élevés.

Bien que relativement répandu en Belgique — notamment le Brakel argenté, conservé au Nord de la Belgique, mais que l’on trouve aussi dans le Sud — le Golden Brakel disparaît lentement mais sûrement. Les autres variétés barrées sont toutes rares à très rares et les variétés non barrées sont toutes très rares même dans son pays d’origine. Un nombre raisonnable d’argent et d’or sont également élevés aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.



[ad_2]

Laisser un commentaire