Fresques : pratiques séculaires


Temps de lecture: 5 minutes

Michel-Ange et Raphaël seraient ravis de voir que les techniques de l’ancien monde dans la création et la préservation des fresques sont encore pratiquées aujourd’hui. Comme il est satisfaisant de savoir que les artistes modernes respectent les méthodes éprouvées d’autrefois en utilisant des ingrédients simples de la terre pour leurs projets choisis.

Fresque : Italienne fresque se traduit par « frais » en anglais. Il s’agit d’une ancienne méthode de peinture murale datant de 2000 avant JC à l’âge du bronze, lorsque la noblesse a chargé des artistes de décorer leurs palais, villas et tombes en Crète, en Italie, en Égypte et dans d’autres pays bordant la mer Méditerranée.

La forme d’art a continué à inspirer les ordres religieux et les familles nobles telles que la maison de Médicis à la Renaissance (14e à 17e siècles), fervente période de « renaissance » culturelle, artistique, politique et économique dans toute l’Europe après le Moyen Âge. Beaucoup de ces magnifiques peintures ont été conservées et exposées à Pompéi, à la chapelle Brancacci de l’église Santa Maria del Carmine à Florence, et sur le plafond et les murs de la chapelle Sixtine du palais du Vatican à Rome.

Chaque fresque prend des mois et parfois des années dans la préparation de la surface choisie, la construction d’une base de fines couches d’enduit à la chaux fraîchement posée (plâtre en italien) pour permettre un bon durcissement. Un ingrédient clé du processus consiste à appliquer du crin de cheval en différentes couches dans le plâtre, ajoutant de la force et de la stabilité à la pièce finie.

Les artistes fabriquaient leurs propres peintures – des pigments de terre naturels collectés et broyés en poudre à partir d’argile, de pierre, de terre, de charbon de bois et de sable. Ils ont ensuite ajouté de l’eau et un liant (milieu) tel que des jaunes d’œufs, de la caséine (protéine du lait), des colles végétales ou animales, ou de l’huile de lin ou de pavot. Ce processus est appelé tempera, dérivé de l’italien peinture à la détrempe – à peindre, représenter, colorer — apporter quelque chose à la condition physique désirée en mélangeant ou en tempérant. Latin détremper: bien mélanger.

Détrempe à l’œuf : une peinture permanente à séchage rapide à base de pigments colorés mélangés à du jaune d’œuf. Les artistes ont maintenu la détrempe à l’œuf comme méthode de peinture principale jusqu’à ce que la peinture à l’huile la dépasse vers 1500 après JC.

Ensuite, la peinture fusionne avec le plâtre humide en petites sections, qui sèchent rapidement. Le mélange de pigment et de chaux crée une luminescence distinctive et subtile que l’on ne retrouve pas dans d’autres peintures.

De nombreux livres présentent de belles photos et une histoire fascinante sur des fresques individuelles trouvées dans le monde entier. Pour ceux qui s’interrogent également sur le processus complexe de création et de réparation de tels chefs-d’œuvre, L’art de la peinture à fresque au Moyen Âge et à la Renaissance est un trésor d’un livre. Écrit en 1846 par l’historienne, scientifique et linguiste britannique Mary Philadelphia Merrifield, il est considéré comme un ouvrage de référence essentiel pour les artistes de fresques, les historiens et les conservateurs de musées et de galeries.

L’art pour le peuple

Nichée dans les Blue Ridge Mountains, dans l’ouest de la Caroline du Nord, se trouve la ville d’Asheville. La plupart des gens reconnaissent le nom en raison du Biltmore Estate, la plus grande maison privée d’Amérique ouverte au public, construite par George Vanderbilt en 1895.

Asheville est une communauté dynamique qui célèbre la bonne bouffe, les bières artisanales et les arts. Les gens sont sympathiques et semblent faire un effort supplémentaire pour tendre la main aux affamés et aux pauvres.

Près de l’agitation du centre-ville se trouve un humble bâtiment en briques rouges avec une invitation chaleureuse aux personnes de tous horizons à se rassembler pour de la bonne nourriture, des conversations et l’acceptation. Haywood Street Congregation, une congrégation missionnaire méthodiste unie et une organisation confessionnelle à but non lucratif, offre un ministère basé sur la camaraderie et la relation – être dans l’instant avec les autres.

Les programmes de base comprennent le culte hebdomadaire, un placard à vêtements gratuit, un jardin communautaire et des déjeuners de style familial deux fois par semaine connus sous le nom de Centre ville.

Tableau d’accueil : de délicieux plats faits maison servis à des tables rondes avec des draps en tissu, des fleurs fraîches et une conversation animée. La porte de la cuisine est restée ouverte pendant le COVID-19, servant des repas à l’extérieur dans des tentes. Il y a aussi le Haywood Street Respite, qui offre un endroit sûr aux adultes sans abri pour rester à court terme après avoir reçu leur congé de l’hôpital.

Les visiteurs de l’église pourraient être surpris de voir une peinture murale grandeur nature ornant le mur derrière l’autel du sanctuaire. Il s’agit bien d’une fresque, d’une magnifique œuvre d’art mesurant 8,5 mètres de largeur sur 11 mètres de hauteur. Un examen plus attentif montre qu’au lieu d’honorer la noblesse et les personnalités religieuses, cette peinture murale présente 30 personnes locales – dont beaucoup vivent «en marge» de la société, traversent des moments difficiles, souvent marqués par les ramifications de l’itinérance, de la toxicomanie et de la maladie mentale. Sont également inclus des bénévoles de l’église, quelques membres du personnel et un chien et un chat bien-aimés.

Fini la fresque de la rue Haywood

Une pancarte près de la fresque en dit long sur l’art dans un simple lieu de culte :

Affirmant la valeur sacrée, restaurant la dignité humaine,

et sabotant la honte de la pauvreté,

la fresque de la rue Haywood annonce,

en plâtre et pigment,

que tu comptes.

L’orchestration d’un projet aussi monumental a nécessité de nombreuses années de planification, de préparation, de dons privés et d’enthousiasme débridé de la part du révérend Brian Combs, du fresquiste Christopher Holt et de nombreuses personnes dévouées convaincues que l’art est pour tous.

Au fur et à mesure que chaque couche de plâtre prenait forme avec une équipe d’artistes perchés sur des échafaudages, Chris a également pris le temps d’interviewer et de dessiner chaque individu présenté dans la fresque : « Ce fut une expérience extraordinaire qui a profondément touché mon cœur. Je serai éternellement reconnaissant d’avoir l’honneur d’entendre leurs histoires et de partager leur ressemblance afin que d’autres en sachent plus sur leur parcours.

En 2019, après le dernier coup de pinceau remplissant une colombe blanche dans le ciel, les visiteurs avaient eu l’occasion de voir l’œuvre d’art et d’entendre un enregistrement audio individuel sur chaque personne de la fresque. S’ils s’étaient arrêtés en août dernier, ils auraient trouvé Chris en train de casser des dizaines d’œufs sur l’autel.

Il était heureux d’expliquer qu’une fresque a besoin de mois pour sécher complètement. C’est alors que l’artiste peut terminer le projet en appliquant une fine couche de protection à base de jaunes d’œufs, de vin blanc et d’eau distillée. Il est crucial de manipuler délicatement chaque œuf, en séparant l’albumen (blanc d’œuf) du jaune. Après avoir mélangé le vin, l’eau et les œufs, Chris a escaladé l’échafaudage, appliquant méticuleusement le liquide sur chaque section de la fresque.

Qui a pensé le premier à utiliser des œufs comme liant dans la peinture et comment a-t-il imaginé la recette des jaunes d’œufs, du vin et de l’eau comme couche finale pour préserver chaque œuvre d’art ? Chris et d’autres artistes fresquistes sont plus qu’heureux de suivre des pratiques séculaires. Les grands maîtres d’autrefois savaient que le puissant œuf était un ingrédient important dans le monde de l’art et à la table du petit-déjeuner.

Pour plus d’informations : www.haywoodstreetfresco.org

Facebook : Fresque de la rue Haywood

Publié à l’origine dans le numéro d’avril/mai 2021 de Lafermedefati et régulièrement vérifié pour son exactitude.



Laisser un commentaire

Vérification anti-spam !