Élever des races de dindes patrimoniales

[ad_1]

HISTOIRE DE REBECCA KREBS. PHOTOS DE REBECCA ET ANGELA KREBS.

LES RACES PATRIMONIALES DE DINDES COMMENCENT seulement à se remettre du grave déclin démographique qu’elles ont connu au milieu des années 1900, lorsque les dindes commerciales à poitrine large ont monopolisé le marché. Par conséquent, il n’y a pas beaucoup de variabilité dans la qualité des races de dindes patrimoniales proposées à la vente aujourd’hui. De nombreuses souches, ou lignées distinctes, sont petites, osseuses et improductives – à peine à la hauteur de la réputation de la dinde patrimoniale en tant qu’excellent oiseau de viande durable. Cependant, grâce à la sélection par des sélectionneurs dévoués, certaines variétés ont retrouvé la distinction de leurs ancêtres. Commencez votre troupeau reproducteur en choisissant une souche avec les traits qui seront un investissement rentable de votre temps et de votre argent.

L’importance des souches

La taille est une caractéristique déterminante des variétés de qualité. Si, en moyenne, une souche atteint le poids idéal pour la variété, c’est un indicateur fort que l’éleveur a sélectionné des oiseaux charnus. Les souches indésirables tombent souvent 30 % en dessous des poids idéaux. Cet écart est en grande partie dû à un manque de chair qui se traduit par des oiseaux maigrement vêtus.

Dindonneaux de race Bourbon Red Heritage.

L’American Poultry Association (APA) Norme de perfection est la source faisant autorité pour les poids, ainsi que la coloration préférée, des huit variétés de dindes patrimoniales reconnues par l’APA, la Standard Bronze, White Holland, Narragansett, Black, Slate, Bourbon Red, Beltsville Small White et Royal Palm. Les sélectionneurs ou les organisations de préservation de premier plan sont les meilleures sources d’informations précises sur les variétés qui ne se trouvent pas dans le Norme de perfection. Il peut être difficile d’acquérir des souches répondant à des poids idéaux, en particulier parmi les races de dindes patrimoniales les plus rares qui ont désespérément besoin d’être préservées et défendues. Si l’une de ces variétés suscite votre intérêt, commencez par la meilleure variété que vous pouvez trouver et continuez à l’améliorer grâce à la sélection sélective.

Conformation du corps

Outre le poids, l’APA Norme de perfection souligne que « la conformation du corps chez les dindes est d’une grande importance. Le corps doit être large, rond et la poitrine pleine ; les pattes et les jarrets doivent être gros, droits et bien attachés.

La conformation corporelle est importante pour garder les races patrimoniales distinctes.
Tom de 28 semaines, montrant une bonne tenue et une poitrine pleine.
Poule en âge de reproduction Bourbon Red.

Les dindes étroites ou peu profondes n’ont pas le cadre pour porter une bonne chair. De tels défauts conformationnels sont courants dans les souches patrimoniales non sélectionnées. Les dindes à poitrine large sont à l’autre extrême; leurs seins massifs et leurs jambes et carènes courtes entravent leurs mouvements et les empêchent de s’accoupler naturellement. Cela met en évidence le besoin à la fois de viande et d’équilibre structurel chez les dindes patrimoniales afin de produire de bons oiseaux de table tout en préservant les traits liés à la santé à long terme, au succès de la reproduction et à la capacité de recherche de nourriture.

Gain de poids

Comparé aux variétés à poitrine large et lourdes à l’avant, le port de dindes patrimoniales bien équilibrées est particulièrement remarquable. Leur dos, porté à environ 45 degrés, s’approfondit en une poitrine pleine et ronde portée légèrement au-dessus de l’horizontale. La chair est plus uniformément répartie sur leurs seins, leurs cuisses et leurs jambes. Leurs os de quille et de jambe sont droits, robustes et relativement longs, ce qui permet aux oiseaux patrimoniaux de supporter une production de viande substantielle sans que cela n’empiète sur leur liberté de mouvement. Les races de dindes patrimoniales développent leur ossature avant de prendre de la chair, il est donc normal que les juvéniles aient l’air maladroits et non substantiels. Ce schéma de croissance souhaitable permet au système squelettique et aux organes de se développer avant de soutenir la croissance musculaire.

Prêt à boucher

Les dindes sont prêtes à être abattues lorsque leurs seins sont bien arrondis et que leurs plumes ont fini de pousser. Avec une nutrition adéquate, les jeunes toms de qualité atteignent ce stade vers l’âge de 28 semaines et les jeunes poules l’atteignent quelques semaines plus tôt. Évitez les variétés qui ont besoin de plus de 30 semaines pour mûrir. Ils sont inefficaces, nécessitant beaucoup plus de nourriture pour élever sans produire plus de viande.

Les dindes pondeuses

Le taux de maturité a également un impact sur la productivité des dindons en tant que reproducteurs. Les dindes patrimoniales de qualité commencent à s’accoupler et à pondre dès l’âge de sept mois et au plus tard à leur premier printemps à l’âge adulte.

Les dindes sont des pondeuses saisonnières, produisant le plus d’œufs pendant la saison de reproduction printanière. Dans leur remarquable livre, Gestion de la Turquie, Stanley J. Marsden et J. Holmes Martin expliquent que les jeunes poules doivent avoir un taux de production minimum de 50 % pendant la saison de reproduction. Par exemple, une poule doit produire au moins 45 œufs dans les 90 jours entre le début mars et le 1er juin.

Cela étant dit, les meilleures souches de dindes patrimoniales dans des conditions de gestion propices à la ponte toute l’année peuvent produire 150 œufs ou plus par an. Les poules doivent pondre pendant 5 à 7 ans, bien que la production d’œufs diminue avec l’âge.

Taux de fécondité

Enfin, les taux de fertilité, d’éclosion et de survie des dindonneaux sont des statistiques essentielles pour l’évaluation de la santé, de la vigueur et de la valeur d’une souche en tant que troupeau reproducteur durable. La fertilité des jeunes dindons doit être de 90 % ou plus en œufs pondus pendant la saison de reproduction. Le pourcentage de ces œufs qui éclosent peut être encore plus révélateur de la vigueur. Marsden et Martin soulignent : « Une éclosion élevée est un point très important à prendre en compte lors de l’achat de reproducteurs. Dans de bons troupeaux, de 80 à 85 % des œufs fertiles devraient éclore dans des conditions d’incubation satisfaisantes.

Au moins 90% des dindonneaux devraient survivre lorsqu’ils sont couvés et nourris de manière appropriée. Pour les dindonneaux naturellement éclos et élevés, la force de l’instinct maternel des poules, qui est encouragée dans les races de dindes patrimoniales, joue un rôle important dans la survie des dindonneaux.

Prêt à démarrer votre troupeau ?

Alors, comment mettez-vous ces informations à profit lors du démarrage de votre troupeau ? Poser des questions. Les éleveurs compétents enregistrent toutes les statistiques discutées ici et sont heureux de partager ces informations avec les clients. Assurez-vous simplement que l’éleveur a obtenu les statistiques de son troupeau spécifiquement. Il est très courant que les vendeurs citent des statistiques générales sur la variété, qui peuvent ou non décrire les caractéristiques de leur propre variété.

Cela peut prendre quelques recherches pour trouver une souche de qualité de dindes patrimoniales, mais leur qualité de table supérieure, leur efficacité et leur productivité en valent la peine. Et vous contribuerez à la préservation d’une part importante du patrimoine agricole américain.

Les bonnes questions pour commencer incluent :

• Quel est le poids de vos dindes adultes ?
• Quel est le poids des jeunes dindons à l’âge boucherie ?
• Quand sont-ils prêts à être abattus ?
• A quel âge les poules commencent-elles à pondre ?
• Combien d’œufs pondent-ils ?
• Taux moyens de fécondité et d’éclosion ?
• Vous pouvez soit regarder le troupeau reproducteur en personne, soit vous procurer des photographies pour voir la conformation du corps.

RESSOURCES:

• Association américaine de la volaille, Inc. Norme américaine de perfection 44e édition. Burgettstown : Association américaine de la volaille, 2010.

• Marsden, Stanley J. et J. Holmes Martin. Gestion de la Turquie. 6e éd. .

Rebecca Krebs est un écrivain indépendant qui vit dans les montagnes Rocheuses du Montana. Elle possède et exploite North Star Poultry (northstarpoultry.com), une petite écloserie spécialisée dans les Blue Laced Red Wyandottes, les Rhode Island Reds et quatre variétés de poule exclusives. Elle participe également au programme d’élevage de Bourbon Red Turkey de sa famille.

Initialement publié dans le numéro d’avril/mai 2023 de Volaille de basse-cour.



[ad_2]

Laisser un commentaire